La maladie des montagnes, sorojchi  

Les observations cliniques sont nombreuses, et dues à la diminution de la pression de l'oxygène en grande altitude.A 5 500 m au dessus du niveau de la mer, la pression de l'oxygène diminue de moitié et affecte l'oxygénation de l'homme.

20°% des personnes montant au delà de 2 500m au dessus du niveau de la mer, en moins d'une journée, présentent à divers degrés le mal de l'altitude. Ce qui importe pour pour l'adaptation au mal des hauteurs c'est de connaître en combien de temps et de combien de mètres on va faire l'ascension.

Si l'on ignorait le facteur d'adaptation, il n'y aurait pas de villes ou villages situés au dessus de 2 500 m d'altitude et on ne pourrait pas s'élever au delà de cette limite.

En accord avec les études médicales menées par KA american médical association, on sait que si l'on emmenait une personne sans lui donner le temps d'adaptation nécessaire, du niveau de la mer au sommet de l'Everest, qui se situe à 8 850m d'altitude, ce qui équivaut à une montée de 9 km à la verticale, elle en mourrait en 10 minutes.


 

L'installation d'hommes vivants à 5 099 m d'altitude à Rinconada au Pérou, en Amérique du sud, témoigne de l'adaptation maximum de l'humain aux conditions de vie en grande altitude depuis de nombreuses années.

On ne connaît cependant aucun autre lieu sur la planète, où l'homme se soit établi de manière permanente au delà de cette altitude car aucun être humain ne pourrait s'y adapter même en un an.

Les individus ayant déjà souffert du mal des hauteurs, semblent plus sensibles que d'autres dans les mêmes conditions, aux malaises occasionnés par l'altitude. Les effets de l'altitude varient selon les individus et selon les circonstances, ils peuvent être plus ou moins affectés par l'altitude. Les jeunes enfants semblent plus sensibles à la diminution de l'oxygène que les adultes, cependant on constate que les incidences diminuent au fur et à mesure que l'enfant grandit.

Si vous étiez brusquement exposé à une altitude élevée, par exemple comme lors de la dépressurisation d'un avion en plein vol, il y aurait asphyxie. On entend par asphyxie la raréfaction de l'oxygène, qui produirait rapidement une perte de la conscience.

En atteignant en peu de jours des altitudes supérieures à 3000 m, ceci peut arrivait il serait essentiel de chercher à s'acclimater rapidement.

La République de Bolivie, située au centre de l'Amérique du Sud, possède des villes situées à plus de 3000 m au dessus du niveau de la mer. Par exemple, Potosi se trouve à 4 070m ; Oruro à 3 706 ; La Paz à 3 640 m don l'aéroport est à 4 100 m.

L'acclimatation à l'altitude consiste en une série de paliers d'accoutumance qui permettent le rétablissement graduel de l'oxygénation des tissus des personnes exposées à l'altitude.

Pour résumer la notion du mal de l'altitude d'un point de vue médical : la diminution de l'oxygène dans les tissus, augmente la perméabilité capillaire, (on entend par là, les petites vaisseaux sanguins), occasionnant une accumulation de liquides en dehors du système circulatoire, principalement au niveau de la tête et des poumons.
Le mal des hauteurs pour le présenter rapidement, apparaît le plus fréquemment sous sa forme aiguë, à partir de 2000 m et se caractérise par des maux de tête, de la fatigue ( sensation similaire à ce qu'éprouverait une personne ayant couru une course de 100 m), nausées et sommeil agité. Si pendant cette période, vous faisiez supplémentaire, tel que monter des escaliers, vous aggraveriez votre cas.

Quant à l'œdème pulmonaire de l'altitude qui est une maladie, apparaît généralement dans les 24 à 48 h00 suivant l'ascension. (Il est très peu fréquent et ne survient que rarement), passé le temps d'accoutumance les signes clinique disparaissent et la personne se rétablit.

La forme grave de l'œdème pulmonaire, quoi que très peu fréquent, peut apparaître dans les 24 à 96 h00 après une ascension au delà de 25000 m d'altitude. Le problème est cinq fois plus fréquent chez les hommes et les enfants.

Des découvertes récentes ont montré que la baisse de l'oxyde nitrique chez certaines personnes serait un des facteurs susceptibles d'occasionner le mal de l'altitude, mais il manque encore des recherches pour confirmer ce diagnostique.

L'oedème pulmonaire, à la différence du mal de l'altitude, se caractérise par une sensation de fatigue progressive, de toux, de faiblesse, de palpitations cardiaques, d'expectorations sanguinolentes, par la couleur bleutée du bout de doigts et au niveau respiratoire par un bruit que l'on peut entendre soi même lorsque l'air pénètre dans les poumons.

Si pour une personne se trouvant à une altitude supérieure à 2 500 m, la fatigue se prolonge au-delà de 48h 00, il faudra consulter rapidement.

Prévention

On prévient le mal des hauteurs en montant progressivement. Ceci dit, la vitesse de l'ascension peut varier d'un individu à l'autre. La majorité des personnes peuvent en général monter jusqu'à 15000 m en une journée sans ressentir la moindre gène, mais un certain nombre d'individus se sentiront affectés dans les 24 à 48h00.

On leur recommandera donc de ne monter que de 460 m par jour. Il est important dans ce cas d'éviter tout effort supplémentaire, de se reposer au lit, de boire beaucoup, d'éviter toute nourriture trop copieuse et salée, d'ingérer plutôt des aliments riches en sucre tel de fruits, des bonbons et de ne pas boire d'alcool.

On conseille également de prendre de l'acestasolamida (paracétamol en Amérique du Sud) en dose de 500 mg, au coucher pour réduire ou faire disparaître les symptômes. On peut en prendre 500mg toutes les 6 h00 pendant trois jours.

Les personnes allergiques aux sulfamides ne peuvent pas prendre ce médicament. On peut également administrer de l'oxygène à petites doses.

Face à la suspicion d'un œdème pulmonaire, nous recommandons aux personnes qui arrivent à 2 500m d'altitude de se reposer et d'avoir recours à oxygène si nécessaire. Si toute fois les symptômes s'aggravent, il est essentiel de redescendre immédiatement où d'aller consulter dans un centre médical.

Nous savons par expérience, que dans les villes situées à plus de 2 500m, l'administration rapide d'oxygène permet une rapide amélioration au mal des montagnes. (On ne peut pas recenser dans les 40 dernières années de cas de décès dus au mal des montagnes tant ils sont rares, de plus ils sont dus souvent à une consultation trop tardive.)

De: Alberto Hochkofler B.
Médico
plus d´information en: http://health.howstuffworks.com/diseases-conditions/respiratory/altitude-sickness.htm

Ne laissez pas la maison sans

  • Vérifier la situation du visa
  • Une copie de vos passeport
  • Preuve de vaccination pour fièvre jaune
  • Une copie de vos détails de la police d'assurance du voyage
  • Appareil-photo, beaucoup de film ou mémoire et piles supplémentaires
  • Ecrain solaire UV30 ou plus haut si vous visiter le Salar de Uyuni
  • Lunettes de soleil et chapeau
  • Anti moustique, pour les zones tropicales

 

Santé et Salubrité

Nourriture et boissons
En Bolivie les conditions sanitaires pour la vente et manier de nourritures ne sont pas toujours les meilleurs; nous suggérons de n'acheter pas et d'ingérer nourritures dans les rues. Nous recommandons de manger seulement dans les hôtels et restaurants suggérés. Si c'est possible boire de l'eau en bouteille seulement.

Sécurité

La Bolivie est un pays sûr - mais au fur et a mesure que les villes grandissent, la petite délinquance grandit aussi. Pour votre sécurité, suivez les conseils suivants :

  • Quand vous marchez dans la rue ou il y a beaucoup de monde faites attention a vos affaires personnels.
  • Pour vous déplacer de votre Hôtel a d'autres endroits, il vaut mieux demander au réceptionniste de l'hôtel d'appeler un “radio taxi”.
  • Ne prenez jamais de services touristiques dans la rue, faites- les dans une agence de voyage établie.
  • Il y a des délinquants qui se font passer pas des policiers ou par des agents anti-narcotiques, veuillez faire attention.
  • Portez toujours l'adresse et numéro de téléphone de votre hôtel et de votre agence de voyage en Bolivie.
  • Laissez vos documents importants dans le coffre de sécurité de votre hôtel.
  • Vous ne devez jamais donner a personne le code PIN de votre carte, ne répondez a aucune question sur le montant d'argent que vous portez.

Normes pour les monnaies étrangères 

La monnaie officielle en Bolivie est le boliviano. Il coexiste avec le dollar américain du nord qui est la monnaie de circulation libre et il peut aussi être changé dans les Banques et les bureaux Échange s'acceptent aussi des transactions en Euros. Les gens ont appelé “libre-cambistas” (gens qui changent de l'argent dans les rues) ils sont localisés dans les rues et avenues, n'est pas recommandé faire des transactions avec eux, parce que ont peut recevoir des fausses monnaies, et ont un changement inférieur au taux officiel.


Téléphones d'urgence - La Paz

Numération de la region

Bolivia (591) - La Paz (2) - Santa Cruz 4

Ambulances

118

Pompiers

119

Policie- Police turistique

110 - 2225016

Service de sauvetage

138

Croix Rouge de Bolivie

222-7818, 222-6936

Aeroport

281-0122, 281-0123

Natural Custom Expeditions

277-2546, 706-80189, 706-47427


Copyright 2012-2013©NATURAL CUSTOM EXPEDITIONS. All rights reserved.